Issue No. 02 (2004)


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 5-16
No. of Pages: 12
Keywords: , , , ,
Summary/Abstract: Dans le cadre de ce numéro du VJHS, il serait illusoire de chercher à étudier l’ensemble de la question posée par les relations entre la France et les peuples d’Europe médiane au 20ème siècle. Le titre de ce numéro doit donc être entendu comme un cadre général, dans lequel les contributions rassemblées forment autant de petites touches illustrant différents aspects de la relation entre la France et l’Europe médiane. Loin de l’envisager dans toute son étendue temporelle ou géographique, on essaie donc ici de présenter quelques éléments de ce tableau vaste et complexe. Fidèle à sa volonté de permettre à des jeunes chercheurs de publier, le VJHS met également en avant des travaux issus de thèses récentes (Isabelle Davion, Traian Sandu, Sophie Vilks-Battaia…) ou en cours d’élaboration (Frédéric Clavert). Ces contributions donnent une image des relations entre France et Europe médiane très
complexe.
Open access on CEEOL: NO



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 17-30
No. of Pages: 14
Keywords: , , , , ,
Summary/Abstract: Les synthèses d’histoire des relations internationales peinent à expliquer la signature des traités entre la France d’une part, la Roumanie puis la Yougoslavie de l’autre après les accords multilatéraux de Locarno d’octobre 1925. Cette dernière solution de sécurité comprenait le repli sur le Rhin en échange de la garantie britannique -et accessoirement italienne. Dans cette configuration, l’alliance polonaise et les accords tchécoslovaques -assez modestes du fait de Prague- sont revus à la baisse et soumis aux règles
d’engagement de la SDN, perdant ainsi leur automaticité. Pourquoi alors la France contracte-t-elle avec des pays qui, non seulement intéressent moins sa sécurité que la Pologne ou la Tchécoslovaquie, mais risquent également de tendre ses relations avec l’Union Soviétique et avec l’Italie ? Ces forces et faiblesses du « système » centre-européen de la France se répercutent sur la Roumanie, qui était supposée servir de pivot à l’ensemble. En effet, participant à la fois à la Petite Entente aux côtés de la
Tchécoslovaquie et à l’alliance avec la Pologne, la Roumanie devait rapprocher les deux frères ennemis slaves pour former le front anti-allemand attendu à Paris. Mais des intérêts périphériques face à la Hongrie et à l’Union Soviétique pouvaient-ils faire de la Roumanie l’articulation de l’ensemble ?
Open access on CEEOL: NO



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 31-46
No. of Pages: 16
Keywords: , , , , ,
Summary/Abstract: This paper approaches the history of the relations between France and the new or reshaped countries from East-Central Europe following the Versailles Treaty, especially as regards the economic and financial aspects and their political implications.
Open access on CEEOL: YES



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: English
Subject(s): History
Page Range: 47-66
No. of Pages: 20
Keywords: , , ,
Summary/Abstract: Images and perceptions are a constant problem for the researcher in the History of International Relations. None in the fields of humanities would nowadays write that the relations between states are explainable without references to those troublesome “mental forces”. In the case of the relation between a small national community and a great power, the role of images and representations can be overwhelming. This article explores one of this cases.
Open access on CEEOL: YES



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 67-93
No. of Pages: 26
Keywords: , , , ,
Summary/Abstract: Lors de la constitution de la Petite Entente en 1920, le gouvernement français se montre défavorable à une organisation qui cherche visiblement à prendre le contre-pied des démarches du Quai d’Orsay. Mise devant le fait accompli, la politique de sécurité française doit rapidement changer son fusil d’épaule et prendre en compte le regroupement de la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et la Roumanie contre le révisionnisme hongrois. Mais tant au gouvernement qu’à l’état-major, de nombreux agents français sont d’avis que la Petite Entente doit s’ouvrir à des enjeux diplomatiques plus larges. Le maréchal Foch, le premier, dénonce une alliance défensive accessoire au regard du danger allemand. Dès lors, l’intégration de la Pologne à l’organisation permettrait de renforcer la défense de l’ensemble des traités de paix de 1919-1920. Ainsi, la politique polonaise de la France vis-à-vis de la Petite-Entente présente deux particularités majeures : l’adhésion ou simplement la participation de Varsovie à l’organisation est encouragée par le Quai d’Orsay qui y voit la possibilité d’arrimer cette dernière à son réseau d’alliances, la Pologne est en ce sens le cheval de Troie de la France.
Open access on CEEOL: YES



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 95-108
No. of Pages: 14
Keywords: , , , ,
Summary/Abstract: Durant les premières années de l’après guerre, les relations avec la Lettonie sont ambiguës car elles dépendent de l’évolution du nouveau régime bolchevique. La France lie le sort de la Lettonie à celui de la Russie en pleine guerre civile. La situation en Russie préoccupe les Français qui craignent pour leur sécurité. Ce ne sera qu’à partir de 1921 qu’un changement dans l’attitude de la France va s’opérer avec l’arrivée d’Aristide Briand à la présidence du Conseil et au ministère des Affaires étrangères. Dans le cadre du cordon sanitaire le long de la frontière occidentale de la Russie soviétique, la France reconnaît enfin la Lettonie de jure et engage de véritables relations diplomatiques bilatérales avec elle. Ces relations, toujours cordiales, seront surtout marquées par la réforme agraire lettone et le problème de la faiblesse de l’indemnisation des quelques Français expropriés de leurs grands domaines.
Open access on CEEOL: YES



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 109-119
No. of Pages: 11
Keywords: , , ,
Summary/Abstract: Après qu’on gouvernement communiste ait dirigé la Roumanie, le pays, occupé par l’Armée Rouge, dénonce ses relations avec les allié traditionnels du « camp impérialiste ». À son tour, la France, tributaire de son allié américain, a suivi fidèlement la politique de Washington durant les premières années de la Guerre Froide. Les priorités changent alors dans ces nouvelles circonstances : Paris est dans le « camp capitaliste » luttant contre l’expansion du communisme, et Bucarest se trouve dans la « camp socialiste » luttant contre la menace de l’impérialisme américain et occidental. C’est le stéréotype qui va modeler la perception réciproque concernant les deux pays durant la première décade de la Guerre Froide.
Open access on CEEOL: NO



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: French
Subject(s): History
Page Range: 121-125
No. of Pages: 5
Keywords: , , ,
Summary/Abstract: This paper approaches the integration of Anna de Noailles, a writer of mixed Romanian-Greek origins, into the landscape of French spirituality, which is studied as a case-study.
Open access on CEEOL: NO



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail


Language: English
Subject(s): History
Page Range: 127-196
No. of Pages: 70
Keywords: , , , ,
Summary/Abstract: This ample study approaches the changes occuring following the Soviet breakup in the Eurasian areas where national liberation and islamism started to occupied the stage that far occupied by Soviet communism.
Open access on CEEOL: YES



Share this article
Facebooktwitterlinkedinmail